Cinq astuces pour des yaourts maison réussis

22 juin 2020
yaourts maison réussis

Parfois, même les ingrédients clés en main notamment du lait, du ferment lactique, les fruits et sucres, on n’arrive pas à réussir son yaourt. En effet, on constate que les yaourts ratés perdent leurs saveurs et onctuosités lorsqu’on les goûte.

La crème pique légèrement la langue avec un taux d’acidité élevé ou est trop liquide. Ainsi, cuisiner le yaourt ne revient pas à mélanger les ingrédients et les saveurs puis à les mettre en pot, mais consiste à des préparatifs minutieux. Il n’y a toutefois pas de raison de paniquer surtout après avoir lu nos astuces pour des yaourts maison réussis.

1. Bien doser le mélange

Les ferments lactiques proposés aux marchés sont dédiés à un litre de lait. Il ne faut simplement pas enfreindre ce dosage pour initier un préparatif réussi. Procédez ensuite de la sorte : fouettez le lait avec du ferment lactique et ajoutez les arômes de votre choix.

Puis mettez-les dans les pots. Le point clé est l’accélération du processus de fermentation par un repos chaud grâce à un bain-marie, un autocuiseur ou un four. Le tout sous 5 heures.

2. Recourir à une yaourtière

Comme son nom l’indique, elle sert à réunir toutes les conditions d’une bonne fermentation à l’issue de yaourts savoureux et onctueux. Pour choisir le meilleur type de yaourtière, faites des comparatifs pour opter celle qui répondra le mieux à votre attente.

En effet, elles peuvent accueillir 8 à 12 pots avec une capacité de 1,2 à 1,4 litre. Suivant votre préférence, il y a ceux avec des pots en plastiques et d'autres en verres. Côté réglages, certaines peuvent être programmées, d’autres non, mais avec un usage simple.

3. La bonne température de conservation

Il est à rappeler que la température idéale à l’activation de la fermentation avoisine les 42° à 44°C. Si vous n’avez pas de yaourtière, munissez-vous d’un thermomètre afin de mesurer la température autour des pots.

Pour ce faire, vous serez amené à préchauffer la couveuse de vos pots soient au bain-marie, au four, un cuiseur à vapeur tout en visant l’étanchéité de ces derniers. Veillez à ne pas dépasser un séjour de 6 heures sous la température convenable.

4. Réunir les ingrédients idéaux

Le lait idéal pour un yaourt parfait est celui entier, vient après ceux pasteurisés ou demi-écrémés. Prioriser ceux issus de la brebis, de chèvre ou pourquoi pas du soja. En termes de ferment lactique, il existe sous 2 formes : en pot ou en sachet. Le pot est donc celui du yaourt alors que le sachet est celui en poudre fournie ou vendue en magasin et pharmacie, les yaourts brassés sont à bannir.

Privilégier les spatules en silicones ou en bois en mélangeant, car le métal conduit à une réaction chimique. Du côté du sucre, tout est permis notamment : les sucres en poudre, le sirop d’agave ou le miel. Ils sont à incorporer avec les mélanges initiaux constitués du lait et du ferment en attendant 5 minutes pour la dissolution. Les parfums, idéalement des fruits cuits sont de leurs côtés simplement à déposer au fond des pots au préalable du versement du mélange.